Retour accueil

LE BIM SUR CHANTIER : ENJEUX POUR LES MAITRES D'ŒUVRE

Le contexte actuel de l'utilisation de processus BIM,
et les expérimentations de BIMplement

Actuellement, dans la majeure partie des cas, les maquettes sont créées et utilisées uniquement par les maîtres d'ouvre et les BET, en phase CONCEPTION, afin de faciliter la collaboration entre ces acteurs, optimiser la conception, limiter et gérer les conflits entre modèles. Le processus BIM mis en oeuvre ne concerne que ces acteurs, et régule les rôles et responsabilités entre eux.

Or une fois le projet en phase EXE, si la (les) maquette (s) n'a plus, en général, à être modifiée par les entreprises ... ces entreprises pourraient les utiliser pour leur propre compte ... si elles avaient conscience de l'intérêt que ces maquettes représentent pour elles. Le projet BIMplement a pour objectif de montrer l'apport de l'utilisation de maquettes BIM par les entreprises, et de développer des formations pour permettre l'usage des maquettes BIM, par les opérateurs de chantier, sur le site de construction, afin de faciliter la mise en oeuvre du projet en phase EXECUTION.

Apporter la maquette BIM sur le chantier vise à améliorer la qualité finale de la construction,
en permettant aux acteurs sur site :

  • de mieux s'approprier le projet, d'en saisir la complexité,
  • d'avoir acces aux documents techniques utiles, 
  • et in fine, de participer activement à la réalisation des DOE numériques.
     voir les utilisations possibles
d'une maquette BIM
par les entreprises sur chantie    

Le BIM sur chantier, actuellement

De l'expérience de BIMplement, il apparaît que lorsque qu'un appel d'offres est "en BIM", alors, dans tous les cas observés, la maquette créée par l'équipe de maîtrise d'oeuvre ou même par une entreprise reste au niveau du bureau d'études. Elle n'est ni montrée, ni utilisée par les compagnons sur chantier.

Pour montrer aux entreprises les enjeux de l'utilisation des maquettes BIM sur le chantier et les inciter à les utiliser, la première action pourra être de mener les réunions de chantier en présentant les points de l'odre du jour sur la base des maquettes, et en faisant ensuire référence aux plans 2D. Ces plans 2D, diffusés aux entreprises, sont extraits des maquettes BIM. En raison de la complexité croissante des projets, qui se traduit par la conception de plusieurs maquettes d'un même projet (architecture, Gros Oeuvre, menuiseries, charpente, CVC, élec, ...), il devient difficile pour les entreprises de s'approprier le projet et les points délicats à partir de la multitude de plans 2D qui leurs sont fournis. La maquette devient alors un outil d'appropriation du projet dès le début du chantier.

Mettre en oeuvre le BIM sur le chantier - le processus BIM chantier    

La maîtrise d'oeuvre, mais aussi les BET d'entreprises qui créent des maquettes BIM, sont des acteurs clés à la mise en place d'un processus BIM intégrant les entreprises :    
  • Monter et mettre en oeuvre un processus BIM ELARGI aux entreprises, qui décrit les rôles et responsabilités des acteurs (voir figure ci-contre) selon les relations notées,
  • Inclure dans ceprocessus les modes de communication entre entreprises et avec la maîtrise d'oeuvre,
  • Mettre à disposition des maquettes en format ifc. Cette procédure est réalisable avec tous les logiciels actuels de conception, BIM ou simple 3D, et permet de pouvoir la lire avec un viewer,
  • Enrichir les maquettes EXE pour les rendre "attractives" pour les entreprises. Cet enrichissement pourra être fait avec le viewer et/ou la plateforme retenus pour l'opération.
      

Processus BIM GLOBAL 

Enrichir les maquettes de conception

Pour que les acteurs de terrain (artisans, chefs de chantier, opérateurs et compagnons) utilisent les maquettes BIM, il faut qu'ils puissent y trouver les données dont ils ont besoin pour mettre en oeuvre le projet. Il est important que les modeleurs (du maître d'oeuvre ou du BE des entreprises), mais aussi les maîtres d'ouvrage et les maîtres d'oeuvre, collaborent avec les acteurs du chantier pour que la maquette qui sera fournie sur le site de construction corresponde à leurs attentes. Ainsi :

  • les maquettes doivent être vérifiées à l'amont de façon à supprimer la majeure partie des conflits entre maquettes,
  • les maquettes fournies sur le chantier peuvent être simplifiées pour en exclure les éléments superflus, et/ou les adapter à chaque corps de métier tout en présentant leurs interfaces,
  • les documents techniques doivent être attachés aux maquettes (et non pas stockés sur format papier, trop souvent inaccessibles). Il s'agit de documents techniques sur un produit, d'instruction de mise en oeuvre, de schémas de détail pour expliciter un point délicat, ... qui permettront aux opérateurs de terrain d'voir toutes documents utiles et pertinentes.

En conséquence :

  • les documents contractuels établis par le maître d'ouvrage et le maîtres d'oeuvre doivent préciser ces éléments, voire imposer l'utilisation des maquettes adaptées sur le site de construction,
  • les compétences et rôles du BIM manager et/ou de l'AMO BIM doivent être précisés, notamment en ce qui concerne le suivi de la mise en oeuvre du projet, mais aussi de la mise à jour régulière de la maquette en fonction des remontées du terrain.

Dans ces conditions, les chefs de chantier et les opérateurs de terrain trouveront un réel intérêt à la maquette, en complément des plans 2D, en leur permettant :

  • de visualiser les étapes de mise en oeuvre du projet
  • d'analyser les points délicats (interfaces entre corps de métiers, étanchéité à l'air, ventilation, ...)
  • d'échanger avec les différentes entreprises qui interviennet simultanément
  • de participer activement à la réalisation des DOE numériques, par exemple en attachant à la maquette des photos des réalisations, ou les documents techniques des produits réellement installés ...